Accueil

L'orée
par Aurorefloreale


A l'orée du bois, la nature est aux abois. Je retiens ma respiration, mon cœur, ses palpitations. Un rouge-gorge chante caché dans la haie au sein de la futaie, sa femelle le hante. Les brindilles craquent sous mon pied léger. Un faon se tient là, étonné, il a peur d'une attaque. Les clochettes du muguet telles de jolis grelots, teinte de blanc cet îlot, le merle fait le guet. Un léger bruit de cascade m'attire, les yeux éblouis, je contemple l'eau qui luit au travers de branches en arcade. Des gouttelettes éclaboussent mon visage de fraîcheur, me sortant de ma torpeur. les feuilles naissantes poussent. Le temps est venu de rebrousser chemin, de humer l'odeur du thym, les oiseaux se sont tus. Mes pensées sourdes sont évaporées par ce décor féérique, oui ce décor magique, place aux nuages de dentelle ajourée .

il est toujours possible de se ressourcer au temple de la nature.

Poème posté le 13/04/16


 Poète
Aurorefloreale



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.