Accueil

Terminus
par Skywheeler


Pourquoi se dire fatalité Puisqu’ils sont inéluctables Et que longue sera la liste De ces évènements notables. C’est en nous mettant à l’épreuve Que nous pourrons faire nos preuves Et peut-être ainsi supporter Ce qu’elle nous a concocté. Il n’y a de fatalité Que, tous sur le même pied A égalité aura mis Qu’ils soient amis ou ennemis. Ce triste départ si cruel Nous menant seul vers l’éternel, C’est un moment que l’on omet Quand on espère en l’avenir, Mais qui bien vite renaît Quand soudain il ose venir D’un coup de faux nous rappeler Être le prochain appelé. Le trajet seul aura ses charmes Selon le bagage et les armes. Pour certains inondés de larmes N’arrivant à tirer l’alarme Pour que stoppe, las, le voyage, Sauter en marche s’il le faut, Pouvoir tout reprendre à zéro, Pouvoir en changer l’aiguillage Et rompre la monotonie D’une succession d’ennuis. Pour d’autres, le soleil inonde Dardant sur des chants et des rondes Que chacun ici s’émerveille D’avoir sans nul autre pareil Eut cette unique chance innée De n’avoir été dépourvu En étant, la bise venue, Sous une bonne étoile né. Importe peu le billet pris, Importe ce que fut son prix, Les passagers du terminus Entendront le même Angélus.

Extrait du recueil "J'ai quelques maux à vous dire !" (paru chez Edilivre en 2015), ce texte fut écrit le 25 décembre 2005.

Poème posté le 18/04/16


 Poète
Skywheeler



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.