Accueil

Bulleuse
par Skywheeler


Assis, le cul dans un fauteuil, De sa vie il a fait le deuil. Les jambes recroquevillées Il semble bien installé. De ces regards sur lui portés Il a appris à se blinder, Il est si bien entouré Qu’un tel service fait rêver, Tant de gens attentionnés Lui font ses quatre volontés. Mais en le voyant, on comprend Qu’il vit là son pire tourment Car aucun autre choix n’échoît Qui, de la vie, subit sa loi. C’est un écorché vif qui souffre Mais ne se plaint, au bord du gouffre Où il souhaiterait plonger Lorsque son âme est abîmée. Gardant en lui ce qu’il endure Pour que nul ne voit ses blessures C’est une force en lui acquise Qui toute entrave à sa voie brise. Chaque jour le même challenge, C’est une bande que l’on change Et c’est alors pendant des heures, Qu’en silence il subit les heurts. D’un mal allant si peu se plaindre, Qu’un petit bobo nous fait geindre, Serrant les dents sans grimacer, Shooté à mort, mais pas assez Car la douleur est trop intense Et chaque jour ça recommence. C’était bien mieux avant, Mais, y a-t-il eut un avant ? Issu d’un fruit qui se nécrose, Et non d’un chou ou d’une rose, Ils ne connaissent du commun Qu’un mal mortel qui les étreint. De ces regards qui les épient, Classé au rayon des momies, Ils ne pourront que s’exhiber Ne pouvant le complet porter, Mais se montreront éclatants S’ils sont mis au premier rang. Deux fois j’ai du croiser cet homme Et, m’imaginant à sa place, Quand de mes maux je fais la somme, A ma vie je peux faire face.

Écrit en juin 2012 après avoir croisé cet homme ...

Poème posté le 30/04/16


 Poète
Skywheeler



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.