Accueil

Harar
par L_ Alb_Atroce___


Harar _______ Depuis le corps brûlant de l'Afrique , j'ai rêvé , Des abyssins tourments , des azurs plus lointains , Qui me ramèneraient oh Charleville , l'été Etait ici semblable si je me souviens bien , A ces éternités peintes de mers vermeilles , Où l'eau parfois bouillonne quelques Choas , s'étirent Les souffles éthiopiens et l'été bleu délire ; Aux confins des saisons , qu'y foudroie mes soleils . Depuis mon corps brûlant , un front de supplicié , Les membres de fer , durs , l'oeil où luit un sanglot ; Oh Jughurta fiévreux , j'avais un jour songé Puis tout s'est tu , Harar , Makonnen et tripots . * Harar est une ville Ethiopienne où Rimbaud s'établit comme négociant en cafés de décembre 1880 à décembre 1881, de 1883 à 1885, puis de mai 1888 à mars 1891 ( année de sa mort )



Poème posté le 28/05/16


 Poète
L_ Alb_Atroce___



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.