Accueil
Poésie libre / Venise
Poésie libre / Venise
Poésie libre / Venise

Venise
par Sucre et sel


Il est dedans Venise un clos jardin secret Où roses alanguies et pâle chèvrefeuille Ombrant la pierre usée d'une stèle oubliée Embaument mon chagrin quand j'en franchis le seuil. Venise la torride ce matin m'attendait, Sa puanteur sucrée sourdait de chaque pierre, Enivrante, envoûtante, haleine empoisonnée, Parfum lourd du désir, souffle court de la mer. La barrière a grincé et mon âme a gémi, Sur sa douleur secrète trop longtemps refermée, Et tous les souvenirs ont souvent envahi, En vagues inlassables, le sable du passé. Sous les ombres bleutées la pierre était muette, Lettres d'or effacées au silence rendues, Les hivers ont gommé l'anonyme poète, Mais son souffle est en moi, vol du temps suspendu. L'angelot tutélaire à la pierre lépreuse Frôlait d'une aile grise la branche du pêcher, Le soleil triomphant de la Venise heureuse Caressait, langoureux, son sourire ébréché. Venise et mon poète, l'un à l'autre liés, Ardeur de vos soupirs, sortilège de l'eau ; Masques au regard clair, ogives des palais Ajoutaient la lumière à la magie des mots. Vertige de l'absence, mort-amour-nostalgie… Dans les canaux profonds où mon cœur s'est noyé Flotte encore, comme une algue, le désir, la folie D'une caresse amère, à Venise, un été.



Poème posté le 05/07/09


 Poète
Sucre et sel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.