Accueil
Poésie libre / Etat des lieux
              
Poésie libre / Etat des lieux
         
Poésie libre / Etat des lieux

Etat des lieux
par Salus


La culture s'empâte, et l'art, c'est du cochon ; Qu'ai-je dilapidé les trésors du génie, Chanté, langue des dieux, pour un public ronchon, Tes accords qu'aujourd'hui le tout-un-chacun nie ! Ouvre un peu les yeux : Coincé par toi-même (Personne ne t'aime) Tout t'est fallacieux ! Il n'est plus au centre Ton piètre nombril ! (Pris dans le nombre, il Se réduit en cendre !) Tout me quitte - quoi ? C'est la solitude Sans sollicitude ! Serais-ce la loi ? Ecrire m'ennuie Pour combler le temps J'entends et j'attends Que tombe la pluie... Jadis, j'allais loin, Mais là, plus de route ! Personne n'écoute Mon savant tintouin ! Orphée est exsangue, La Lyre s'endort... Le verbe est-il mort Et morte la langue ? Non ! Mais c'est un creux De vague exécrable ; Il s'échoue au sable Le saint axe preux. Travaillons au vide Du vers jamais vu (Te serais-tu tu, Si véloce Ovide ?) La beauté des mots Partout sabotée Néanmoins s'étaie De nouveau rameaux ! Arbres du langage - Agrestes parlers - Vous poussez par les Racines de l'âge... Le mauvais coton Que filent les lettres Le doit à ces prêtres Prêchant le bon ton. Le livre est en berne (Me suivre est ardu ?) - Je chante l'art du Monstre ancien de Lerne ! Ce soyeux joyau, La littérature, Faiblement perdure - Mais qu'est loin Boileau !



Poème posté le 22/10/19 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.