Accueil
Poésie libre / Le vieil homme et le rocher
Poésie libre / Le vieil homme et le rocher
Poésie libre / Le vieil homme et le rocher

Le vieil homme et le rocher
par Fregat


Tout petit déjà il l’escaladait, S’y écorchant vêtements et genoux Tant de fois que bien peu lui importait : Il y retournait joyeux malgré tout. Plus tard il la contemplait dans l’azur, Trônant ainsi qu’un grand sphinx incompris* Au milieu de cet écrin vert et pur Où il restait parfois jusqu’à la nuit. Sur cette roche à l’énorme stature, Comme frappée d’un éternel sommeil, Il connaissait chacune des blessures Qu’avaient sculpté les pluies et les soleils, Chacune des anfractuosités Où s’étaient tapies d’immenses fougères Qui filtraient une lumière éthérée Parmi la mousse et les lianes de lierre. Devenu homme il acquit le domaine Où sa belle assoupie l’enveloppait De sa force sage si souveraine Qu’il oublia une femme chercher. A son flanc adossé ou face à elle Dans le froid ou la chaleur qui frissonnent, Sous les arbres balançant leurs ombrelles, A part sa muse il ne voulait personne. Le roc maniait une plume muette Sur la page intime de ses pensées, Un poème circulait dans sa tête A chaque fois que son œil l’effleurait… Quand pas à pas arriva la vieillesse Et que le recueil toucha à sa fin, Il s’y lisait l’amour et la tendresse Peu communs, d’un rocher et d’un humain. Le vieil homme choisit pour cimetière Près du dôme que le soleil rougit, Un carré vert, à l’ombre d’une pierre : Celle qui fut sienne toute sa vie. * Clin d’œil à Baudelaire



Poème posté le 28/10/19 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.