Accueil
Poésie libre / Cuisine estivale
Poésie libre / Cuisine estivale
Poésie libre / Cuisine estivale

Cuisine estivale
par Louis Vibauver


Haut dans le ciel, le soleil brille Et sur terre, il fait tell'ment chaud Que sur le ventre ou sur le dos Comm' dans un four, les femm's se grillent. Je préfère à la poule au pot, La peau dorée de ces poulettes: Croustillante comme il le faut Ell's s'accord'nt à ma frite en fête. Je préfère à la poule au pot, La peau dorée de ces poulettes. Le corps tout badigeonné d'huile, Les cuiss's à l'air jusqu'au croupion, Sur les serviett's, elles s'alignent Bien allongées de tout leur long. Malgré leur pomme et leur oignon, Je préfère en cette saison Aux boudins les sveltes merguez Qui mettent les saucisses à l'aise. Je préfère en cette saison Aux boudins les sveltes merguez. Dans le bain, maris et amants S'en vont mouiller d'autres maillots Et sans plus de robe des champs Les pomm's se marquent de leurs crocs. J'aime la mère quand elle marine A boir' la tasse à sa pachole Et puis l'amour dans la cuisine Quand elle passe à la casserole. J'aime la mère quand elle marine Et puis l'amour dans la cuisine. Bien mieux qu'un plat, on peut en faire Pour le repas un beau dessert Pour que sans être de Toulouse Les sauciss's en éprouvent du blues. Je préfèr' bien sûr les brochettes Au barbecul, tout feu tout flamme, J'embroche à tour de bras, c'est fête Pour qu' les lardons même se damnent. Je préfèr' bien sûr les brochettes Au barbecul, tout feu tout flamme,

Le terme "pachole" relève du patois marseillais dont le web devrait donner la signification.

Poème posté le 11/07/09


 Poète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.