Accueil
              
         

Les poètes
par Claudel


J’ai réveillé en moi un dragon endormi Pour m’envoler, je crois, vers des lieux féériques. Ah, qu’elle fut ma joie dans ce joyeux pays D’écrire des quatrains et tercets symboliques! Ô, dois-je craindre ces grands poètes sans dieu Qui ont eu dans leur vie une plume assassine En mâchouillant jour et nuit dans leur gueule en feu Des vers qui, au petit matin, prenaient racine ? Toi, poète incompris, du péril aux orages, Telle une girouette affolée aux gransd vents, On te reproche à tort d’être dans les nuages. Parfois, tes écrits qui suscitent les envies Nous racontent souvent des récits émouvants ; Ainsi vont les dragons… poétiser nos vies.

Claude Lachapelle / juin 2016

Poème posté le 21/06/16


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.