Accueil
              
         

Tirade
par Polymnie2


Tout en chant silencieux Doux repos pour les vacances ! Tu t’imposes partout imprévu pensionnaire ; On ne peut se hâter à t’héberger premier, Hélas, il faut héler l’intime dictionnaire Après un « hum » douteux sur l’aide orthographié. Ta riche hérédité, telle une girouette Nous a menés tout droit au fil du temps lointain Aux racines fruits flirtant le grec latin, Toi, du silence, héros nommé lettre muette. Tu as le don aigu d’émanciper nos sens, De les pointer furtifs ; Si Ah ! traduit la joie, La douleur, mais aussi, un sentiment prisant La profonde amitié tissée en fil de soie, Ha ! te voilà premier, chef aux deux bras levés Allant d’étonnement pour marquer la surprise Au lent soulagement de tous maux relevés, Tel un fin limier repousse une quelconque emprise. Combien de qualités pour un H qui se tait ? Mais qui n’aime personne avec sonorité ! Avec tout un chacun en lourd secret parfois, Ton labeur sous roche est moins clair qu’une eau vive, Quand ton union-raison sans mariage ni foi Chahute la voyelle ou consonne et ravive Sans merci un combat, la hache haut le corps Brise en deux la syllabe, il y a pire encore ! Suit un hic délicat avec la lettre C ; Voilà un faux concert qui prend la lourde charge De la tonalité, mais ne sois pas vexé Si « Sachez choyer choque » ! Un mot de trop s’émarge! Polymnie2, le 10 juillet 2016



Poème posté le 10/07/16


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.