Accueil
              
         

Je pars
par Stella


J’en ai donc fini avec mon chagrin d’amour. Que je ne porte plus comme un parfum trop lourd. Ma douleur aphone ne peut plus promettre à mon extravagant, mon sirupeux sentiment. Libérée grâce à l’essence de ma plume, je ne me défends plus d’être redevenue angéliquement Celle qui naguère baguenaudait au hasard des sourires. Je ne me cache plus d’être ce que j’étais. Je ne résiste plus au besoin féroce de prendre le même virage Que cette mouette vive et preste qui s’élance dans le champ bleuté où coule un émouvant mariage. Dans cette existence magnétique, il y a cette tyrolienne fendant mes deux points de paradis. C’est mourir ! Quelque peu, mais fatalement je me perds en étouffant entre ses murs J’y ai vécu de rectus douloureux sans devenir molle mais je suis née avec un coeur pour l’aventure Seule avec mon ange, avec moi même, en moi même, avec mon âme Je ne me cache plus d’être ce que j’étais : une sédentaire au cœur de cerisier sauvage, Qui suit sa passion violente pour la liberté et les voyages, Vive l’autarcie intérieur ! Ebranle mon corps sur le souffle de mon âme N’accepte plus aucun asservissement C’est mourir en femme heureuse que de laisser derrière moi un passé qui grignote l’aube de mes matins Je n’ai à craindre que la nostalgie des grands chemins dans leur absence de mon lendemain Pour me comprendre, il faudrait partager le même besoin Pour te l’apprendre, il suffit de m’accompagner et tu vivras du battement de ton coeur au rythme de tes pas

Mars 2016

Poème posté le 25/08/16


 Poète
Stella



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.