Accueil
Poésie libre / L’astrée
              
Poésie libre / L’astrée
         
Poésie libre / L’astrée

L’astrée
par Salus


Tout l’espoir de paille Qui vient et que vaille, Si la vie est joie, Le trille qui raille Aux buissons où bruit L’oiseau, dont m’instruit, Par des pépiements Le fouillis d’un nid. L’émoi, c’est la voie Qu’au soleil déploie L’amère enivrance  - Tout futur est proie. Matin, si tu mens ! - Contreventements - Béquilles d’amour, Illusions d’amants.. Quand tout devient rance Au rouge garance De ce soir si proche - La désespérance - Rien n’est, que le jour Battant son tambour, N’occulte de nuit Douce - et dur retour. L’existence accroche, Et dure est sa roche ; Rien qui ne la trousse, Qu’elle est belle ! Et moche. Sonne l’heur qui nuit : Ce trou que l’on fuit S’ouvre à chaque pas, Précède et nous suit. Mais qui veille, ruse ! Pour autant qu’on creuse : Aimer plus qu’un autre ? L’idée est abstruse ! Grâce à tes appas, Tu me décrispas ; Esprits et rondeurs ; Etre est un repas ! - Sur l’arbre je prends La pêche du temps, Le bonheur du fruit, Ses sucs odorants. - Sur l’arbre je cueille Des fruits, et la feuille Est déjà si rousse ! - S’éveille que veuille - … Un matin de mai, Dans les chants du geai, L’Astrée et Gavroche Voient un rayon vrai…



Poème posté le 22/02/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.