Accueil
              
         

Désintérêt
par Ecrivain en herbe


Autrefois, tu me disais que tu m’aimais, Tes paroles, tes gestes me le montraient Maintenant tu montes dans ta tour d’ivoire Peut-être pour ne plus me voir. Autrefois, tu me disais que j’étais belle Qu’une journée sans moi t’était cruelle, Que tout était vide, que tu ne pensais qu’à moi Que tu me désirais et que je n’étais qu’à toi. Où sont passés les baisers langoureux Que nous échangions les jours heureux ? Qu’est-il advenu des fous rire imprévus ? Sont-ils définitivement perdus ? Maintenant, je souffre. Ne le vois-tu pas ? Tu m’abandonnes à petits pas Et pendant que tu surfes avec l’inconnu Notre relation s’en va tel un ange déchu. Le petit écran toujours allumé, le nez sans cesse vissé sur la toile, Tandis que dans le ciel, nous attendent des tas d’étoiles ; Scène propice aux rêves qui avant nous liait le soir Et que nous admirions enlacés et pleins d’espoir. « Chaque jour on doit entretenir son jardin » Paroles souvent sorties de la bouche des anciens ; Peut-être n’avons-nous pas pris le temps Et en payons le triste prix maintenant ? Peut-être nous sommes-nous laissés gagner par l’usure, Celle qui apporte tant de blessures, L’habitude aura eu raison de nous ; C’est le cas de beaucoup de couples après tout. J’espérai juste que nous c’était différent Et en mon cœur, j’en avais fait le serment : Celui de nous préserver de tous les maux Dû sais-je gravir des montagnes pour rendre notre amour plus beau. Mon Dieu mais que c’est-il donc passé Pour qu’au fil des années La passion qui nous liait Se soit éteinte à jamais ? A jamais ?...... Ne jamais dire jamais, Plutôt…….et si on dialoguait ? Adieu technologie et pseudo communication Qui ne servent qu’à nous faire toucher le fond ! Que sont ces outils qui nous font oublier l’essentiel ? Oublions pour un temps, messages, contacts et courriels Recentrons-nous sur ce qui est important Profiter ensemble du temps présent. Nos baisers, nos regards, nos sourires, Les choses simple de la vie, faisons en sorte de les faire revenir ; Posons-nous, parlons-nous, regardons-nous, touchons-nous, Et peut-être ainsi nous en verrons le bout.

Poème autobio mais étant également le reflet d'une époque qui part en vrille.

Poème posté le 08/09/16


 Poète
Ecrivain en herbe



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.