Accueil
              
         

Présomption
par Salus


Tout me dit que tout disparaît La conscience c’est ma viande ! La lucidité vilipende Tout espoir intrus comme abstrait L’esprit sans le souffle est inerte L’âme est fil - celui du couteau - Rien ne cille au pur cours de l’eau De ces Styx où fuit toute perte Quelque après serait bienvenu Pour survivre au pire des drames Tel qu’un cerf mon âme tu brames Ne répond qu’un silence nu J’ai vu briller l’atroce absence Et mourir plus d’un tendre ami La musique (do sol fa mi) Est connue et l’enfer me pense… Dans les cieux le soleil seul luit L’Hadès c’est l’affreuse promesse Jamais plus ! Inquiétante messe Tout est dit quand rien ne s’ensuit.



Poème posté le 18/10/16


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.