Accueil
Poésie libre / Là d'où je viens
Poésie libre / Là d'où je viens
Poésie libre / Là d'où je viens

Là d'où je viens
par Patrick


Je ne sais pas ce que je sais, Je ne dis pas ce qui bruisse dans mon âme silencieuse C'est comme un souffle, toujours à fuir C'est une flamme, toujours autre C'est une mélodie qui revient sans cesse Une mélodie qu'on ne peut chanter Qui est d'une autre monde, d'un autre son. Là d'où je viens, vois-tu, Le froid, le laid, le poison sont inconnus Comme les sont le faux, le mal, l'espoir même Et l'amour... Oui, même l'amour ! Non, là d'où je viens L'amour n'existe pas L'amour ne peut exister comme préambule Même comme idée, là d'où je viens. C'est pour ça que je le vis si fort. Il ne peut être en dehors de mon être. Il ne peut naître qu'en dedans de mon être. L'amour ne peut se prendre, là d'où je viens Car il ne peut que naître là où tu me touches Dans l'âme. Là d'où je viens, l'Esprit, L'amour n'est pas connu Peut-être y est-il rêvé. Il faut prendre corps Pour découvrir l'amour Mais prendre corps n'est pas l'amour. Il faut s'ouvrir Pour découvrir l'amour Mais s'ouvrir est un risque de souffrir Il faut sourire Et sourire s'est s'ouvrir Pour laisser entrevoir le bonheur D'être envahi par un autre être. Et la mort ?... Là d'où je viens,  La mort n'est pas connue,  Le froid n'est pas connue,  L'obscur non plus, Pas plus que le doute Ou l'espoir,  Là d'où je viens. Et la douleur,  C'est la couleur Entre le clair et l'obscur La lumière et l'ombre L'amour et la mort Là d'où je viens, on ne souffre pas. Là d'où je viens Tout est parfait,  Rassurant, noble, riche C'est une corne d'abondance. Mais c'est trop blanc On s'y perd... On ne peut y connaître Ni la peur de devenir Ni la peur d'être, Ni l'angoisse de ne pas être aimé Ni celle de ne pas savoir aimer De ne pas savoir lire  Dans le regard, Dans le sourire de l'Autre Qu'il me touche et m'émeut Jusque dans le sanctuaire de mon être Là où encore jamais personne n'est allé Ni même moi ! Là d'où je viens, on m'a chassé Gentiment, On m'a dit "Tu dois apprendre, Tu dois connaître,  Tu dois co-naître,  C'est la mission de ton être !" Là d'où je viens  On m'a dit : "Va, et reviens quand tu sais,  Un peu sera déjà beaucoup, Nous on ignore La peur, la mort La douleur Et l'amour. Ce sont des trésors Que tu peux faire naître Mais on ignore Et comment les faire naître Et comment ils sont Et comment ils agissent". Là d'où je viens, ils m'ont dit : "Va dans la paix Et rapporte-nous ces graines En notre terre Alors nous les sèmerons Pour qu'elles se révèlent Dans leur beauté, leur grandeur Leur richesse, leur noblesse, Et alors seulement nous saurons" Là d'où je viens, ils ont ajouté : "C'est une lourde mission que tu reçois,  Aimer, mourir, souffrir Et même respirer de l'air Boire de l'eau Se nourrir de la terre Ne sont pas de notre monde Mais nous savons  Que ce sont des trésors incommensurables Les trésors de la création qui ne peuvent être Que là d'où nous nous retirons. Nous n'avons pas ta force, Nous avons pu et su juste te donner Les moyens de l'avoir,  Cette force Qui vient du dedans parce que tu pourras te sentir Seul,  Isolé, Triste. Alors à ce moment-là Tu sauras Dans le regard,  Dans le sourire de l'Autre Qu'il est seul aussi,  Et vous apprendrez À vous fondre l'un dans l'autre Tout en restant séparés. Là d'où je viens C'est là que je retournerai Là où je suis Tout est fait pour que j'oublie Ma mission Donnée par ceux de là d'où je viens Mais dans ton regard Dans ton sourire Et parce que j'ai su ouvrir mon cœur La mémoire m'est revenu,  Et l'ombre de ma vie S'éclaire doucement À force que tu me remplisses de toi. Là d'où je viens Je crois qu'ils seront heureux Des présents que je leur rapporterai. Mais à l'heure présente Je ne suis pas pressé, Je peux encore attendre de te rencontrer Pour te dire mon amour Et voir l'effet que cela te fait Même si tu le sais déjà. L'amour est vie,  Là d'où je viens ils ne le savent pas, L'amour est joie, Là d'où je viens ils ne le savent pas, L'Amour est roi, Là d'où je viens ils ne le savent pas, L'Amour, c'est quand nous est, Quand nous peut marcher dans la lumière Ensemble S'abreuver à une source Ensemble Quand nous peut voir un papillon Venir butiner tes lèvres Puis les miennes et encore les tiennes Dans une ronde céleste Jusqu'à plus soif pour lui. L'Amour, c'est quand tes mots me guérissent C'est quand tes maux me souffrent C'est quand je sais combien nous sommes pareils Et si différents en même temps Là où tu es Là où je suis Là où nous sommes

en guise de présentation

Poème posté le 30/04/20 par Patrick



.