Accueil
Poésie libre / Plomb
Poésie libre / Plomb
Poésie libre / Plomb

Plomb
par Kanth


Rien ne bouge sous les sumacs Le temps lui même se repose Et les heures dans un hamac Dorment aussi, minutes closes Au zénith un globe de feu Ecrase tout de sa chaleur Et s’amuse, fébrile jeu A pétrifier les spectateurs Même la sueur des amoureux N’est que le signe de l’étuve Plus d’ébats pour les malheureux Ils ont trop chaud dans cette cuve Cette chambre aux stores baissés Est désormais un coin d’enfer Où les deux amants ont cessé Leurs étreintes calorifères Des courants d’air, me direz-vous Mais quel courant et de quel air Quand se répand, autour, partout En plomb liquide, l’atmosphère Un seul espoir, c’est qu’à la nuit Enfin cesse la canicule Contre la fournaise et l’ennui Résistons jusqu’au crépuscule Lorsque le disque tourmenteur Disparait derrière la colline S’élèvent des soupirs de bonheur Savourons la fraîcheur divine Chez le sculpteur se joue un drame Il découvre en se retournant Dernière trace de sa femme Flaque de cire sur les draps blancs Gao T. Kanth



Poème posté le 22/05/20 par Kanth


 Poète
Kanth



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.