Accueil
Poésie libre / Minouche
Poésie libre / Minouche
Poésie libre / Minouche

Minouche
par Salus


Elle me regardait avec des yeux si doux, Sa lèvre humide, enfin son visage, un feu roux, Et les tranquillités, ces calmes un peu fous, Tout en elle semblait participer d’un ordre Supérieur où ne sert de crier ni se tordre, Ignorant la prière inutile, et de mordre… Sous les longs cils courbés l’impassible regard Traversait mon image inepte sans égard ; Dans la pupille absente on se sentait hagard ! Elle était très petite, infiniment soyeuse, On la devinait douce, et câline, et gracieuse, Mais réfléchie, et sans jamais être joyeuse, Elle offrait le sourire, il naissait à la voir, A la regarder vivre à la touffeur d’un soir, La petite chevrette au duvet fauve et noir.



Poème posté le 27/05/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.