Accueil
Poésie libre / Les âmes mortes
              
Poésie libre / Les âmes mortes
         
Poésie libre / Les âmes mortes

Les âmes mortes
par Banniange


Les cyprès se courbent en pieux repentants Sous un ciel farouche qu’écartèlent les vents, Un sentier incertain aux écailles de cendre Se meurt dans le lointain comme un souvenir tendre. Le clocher livide hulule sa complainte Et chasse vers la nuit des spectres nébuleux, Les murs se fissurent dans une angoisse sainte Quand passent les heures et leurs doigts ombrageux Car la croix rappelle dans cet hameau maudit Que la douleur s’étend quand minuit retentit. Mais qui vient secouer les feuilles étiolées, Quel écho se poursuit dans les herbes lassées, Toi, sombre voyageur, reconnais-tu les voix Qui hantent, du passé, cette terre aux abois?


Inspiré du tableau du merveilleux peintre montois, Marcel Gillis : Les cyprès noirs, malheureusement invisible sur la toile (du net s'entend).


Poème posté le 28/05/20 par Banniange


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.