Accueil

L'ombre de soi
par Fregat


Il faut quelques vers de tristesse Pour comprendre qu’au bout des jours Déjà s’annonce la vieillesse En un roulement de tambour, Que d’une main on tient sa vie Qui y chatoie peut-être encore, Quand l’autre étreint, évanoui, Ce qu’elle fut, multicolore. Il faut quelques vers de douleur Pour saisir que l’or de l'étoile Qui ambra le fond de nos cœurs N’a de lueur au mieux qu’un voile, Que si le vent existe au fond C’est pour une à une tourner De sa brusque respiration, Les pages bleues de nos pensées. Assis sur le rebord d’un soir, Comme d’un film au cinéma, Il faut quelques vers, pas si noirs Pour percer tout de tout cela, Et voir lucide que l’on aime Finalement ce qui est sombre, En filigrane à ses poèmes, L'ombre de soi entre tant d'ombres.



Poème posté le 04/12/16


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.