Accueil

^
par Lau


Ô Mitose Méiose L’être offert L’œil ouvert Nait crie ose Un son primal Où le feu mêle Sous la mamelle De l’animal La faim l’étincelle Le corps qui vacille En mire la fin L’amour et le vin L’ombre et la faucille Et pour penser le temps D’écrire dans les champs Le sort des sauterelles Le vol des tourterelles A l’encre des airelles Qui soufflent les instants L’aurore et son flot me laisse Heptasyllabiquement Une rose, gentillesse Dont un pétale est promesse Elixir frais d’un moment : Le moteur de l’éventuel Au parfum du perpétuel Alignement de frêles pierres Fières autour d’un char à Vix Dont le reflet sur l'eau du Styx Hasard de l’anarchique aimant Tel un cyan sur les bruyères Qui métapoétiquement Quand le vers plein se plie aux lierres Se met à conter le couchant Sur la frayère et la carassine S’excite au saut de la notonecte Elle est joueuse et moins assassine Que n'est sa sœur ; son gène d’eunecte La pousse aux bras du plus lourd des maux Se gaver d’or, d’air et des émaux Qui sur l’étang tombent telle l’esche Elle les gobe et puis s’en pourlèche : Le gloss pour carpe aux pistache-mots



Poème posté le 09/06/20 par Lau


 Poète
Lau



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.