Accueil

Dix o'clock
par Dynamot


J'étais passé du sol au plafond Aline avait servi le thé J'accusais le besoin d'être A la chaleur de mai s'ajoutait l’outrecuidance On lisait des hypothèses et la solution des chimistes A l'entrée se tenait l'air On l'invitait souvent Les enfants dormaient Le silence était supposé La tasse était sèche On pesait les questions pour ne pas déranger le vide Au grenier le passé grinçait J'écoutais le débat des âmes et le souffle inquiet des fenêtres Aux sentiments je barrais le passage Aline écoutait le pas des heures A l'entrée se tenait l'art et la manière on l'invitait souvent L'envie de naître à nouveau s'ébruitait Qu'avait dit le moine au parvis de l'église On s'habillait de phrases en désertant les mots Le thé fumait De glace était la tasse



Poème posté le 06/01/17


 Poète
Dynamot



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.