Accueil

Nuit complice
par Fregat


Dans un voile de satin noir, La nuit sereine te berçait ; Je devinais dans son miroir Ton doux visage confisqué. Un souffle léger ondulait Tout droit venu d’un de ces songes Qui te surprend et te soumet Lorsque très lasse tu t’allonges. Sans troubler ta main endormie Comme une enfant sur ma poitrine, Pour le sentir, mes doigts hardis Ont approché de tes narines. Au rythme chaud de son zéphyr, L’obscurité s’y estompait, Moins épaisse à chaque soupir Qui vers ton songe me portait. Et j’entrai soudain assoupi, Par une bulle de lumière, Dans cette terre qu’incendie Le fauve éclat de ta bannière. Dans un voile de satin noir, La nuit complice nous berçait Et confondait dans son miroir Nos rêves jumeaux enlacés.

Il est encore temps, alors à vous tous le meilleur pour cette nouvelle année fraîchement entamée.

Poème posté le 08/01/17


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.