Accueil

La rime
par Gengiskhan


A la queue d’une fleur, elle embrase l’image Scintille l’oreille, et finis nos doux rêves. De nos lèvres brisées, et assoiffés de sèves Elle embrasse l’âme des lecteurs de vers sages. On la surprend parfois couronner les déesses Frémir le long des corps, batelés en finesse. Pour enfin mourir au pied du Mont Venus, Elle envoie son écho au-delà des nimbus. Une harmonie de son, alchimie du poète Constamment travaillée pour le plaisir des têtes, En hermaphrodite son hurlement se jette Dans le sillon d’un vers, blessant l’âme parfaite L’achevant à terre pour le ressusciter Et redonner l'espoir d’orgasme redoublé. Avec elle ou sans, la caresse choisie Donnera la saveur à toute poésie.



Poème posté le 12/01/17



.