Accueil
              
         

Ses pieds
par Octave


De ses pieds j'admirais la divine cambrure A mes souhaits secrets ,ses pieds donnaient le «  la  » J'embarquais, décidé, et drossant la voilure Le vent soufflait toujours, découvrant ça et là Sous un jupon de soie débordant de dentelles Des genoux délicieux , délires de satins Un souffle impertinent poussait la caravelle De mes ardents désirs jusqu'au Mont Palatin Mais la belle romaine était par trop pudique Pour permettre à ma main de monter jusque là ! Alors je rabattais les voiles , bien penaud Et je me contentais du parfum délicat De ce jupon de soie qui n'allait pas plus haut !



Poème posté le 16/01/17



.