Accueil
              
         

Rapt
par Salus


Ah ! ma merveille, ne m’en veuille Pas de mon pauvre esprit d’errant, Ni d’être en outre incohérent, Car ces pensers que je recueille Viennent à moi comme la feuille Va vers la feuille avec le vent. Et comme ces grands tas d’automne Qu’un souffle forme et puis défait, Mon idée est folle, en effet ! Mais comme un tas, l’âme est atone, - Tu comprendras si je m’étonne - J’ai peur d’être fou tout à fait ! Dors mon amour, c’est plus tard que De ta pupille inquisitrice, Telle la nixe accusatrice, Cambrant, si ce que tu lus t’arque, Ce rein que ne connut Plutarque, Tu me condamneras pour vice ! Je suis à l’envie emmêlé Mais le son seul n’y suffit pas ! Au tien j’affilierai mon pas, Ton regard au cil lamellé ; De tout ton cœur échevelé - Quel précédent ! tu me suivras.



Poème posté le 06/07/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.