Accueil
Poésie libre / La prison de la poésie libre
Poésie libre / La prison de la poésie libre
Poésie libre / La prison de la poésie libre

La prison de la poésie libre
par Rimatouvent


Sur ce site où la rime pullule avec ardeur Je trouve un interdit nuisant à mon bonheur Faut-il au cours des vers imposer une écluse ? C’est ce que dit le texte qui limite les muses : «Un seul envoi par sept jours est autorisé dans poésie libre.» Diable ! Il faut donc filtrer les excès de poèmes ! Seraient ils susceptibles de susciter la haine ? L’inspiration doit donc dompter ses fulgurances Et après chaque écrit s’accorder des vacances. Imaginez l’esprit qui s’éprenant de rimes Vienne deux jours de suite les placer en vitrine Des feux disciplinaires lui tomberaient dessus Un écrit par semaine est admis mais pas plus. Un candide dirait il faut discipliner L’inspiré débordant ne sachant s’incliner. Qu’il relise ses encres elles seront meilleures Pour les mettre une à une aux dates ultérieures. Soit on peut s’accorder au ton disciplinaire Mais ne pas l’exprimer de façon libertaire Car si la poésie est dite libre ici La mettre en un carcan est source de souci. Peut on aimer la rime aimant le goutte à goutte Filtrant la fantaisie infléchissant sa route? Dire que le mot libre est un liberticide Quand l’obligation invente le rimicide. Car enfin il arrive que le neurone actif Soit soudain inspiré d’écrits répétitifs Et qu’il eut bien aimé savoir ce que l’on pense De deux ou trois travaux qui sont dans sa balance. Vous me direz Monsieur l’ordre est indispensable Il faut bien éviter les excès détestables Je répondrai Monsieur mon inspiration N’est pas assujettie à vos intentions. Donc s’il faut conserver un écrit par semaine Ce qui je vous l’avoue ne m’amuse ni me peine Le mot libre devrait cesser de nous déplaire Un seul envoi étant contrainte hebdomadaire. De chagrins malfaisants viendront ratiociner Faut-il dans l’œuvre courte se voir enraciner Ou d’un écrit unique devenant Cornélien Choisir l’hebdomadaire mais pas le quotidien Écrivant en un jour de Rodrigue l’aventure Faire cadeau à Elvire d’un soupçon de lecture. Qui se dira le pingre il écrit peu souvent De multiples envois seraient plus émouvants Or «seul» étant un mot signifiant contrainte faudrait-il sur le terme s’en venir porter plainte Comprendrait-on alors que libre est un mot qui N’est pas en l’occurrence idéal et requis. L’exigence pourrait en simplifiant la chose Dire que de la semaine la poétique dose Est d’un écrit pesé au poids décisionnaire La liberté n’ayant rien avoir dans l’affaire.

je devais être de mauvais poil mais en rimant le pamphlet est plus plaisant.


Poème posté le 11/07/20 par Rimatouvent


 Poète
Rimatouvent



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.