Accueil
              
         

Et pourtant
par Poesie Flanante


Dans la lueur presque sombre d’une nuit qui nait, tu t’effaces. Dans l’éclat grisâtre d’un remous d’eau, tu t’éloignes. Comme avant pourtant tout est calme, Comme avant pourtant rien ne bouge. Et pourtant… Les souvenirs d’enfance ressurgissent, Les pensées enfouies apparaissent Le vent les porte, La porte se ferme Sans bruit, Une nuit. Et moi l’enfant, là, seul Avançant d’un pas vers le noir, Vers l’endroit qu’on ne connait pas, Vers l’inconnu où l’on croit. Sur ce chemin pavé où je vois vos mains Maintenant jointes l’une à l’autre Dans l’éternité des matins Je prie comme un apôtre. Dans le recueillement, je tiendrais le candélabre Afin de toujours éclairer le sourire des anges, Afin de toujours éclairer les yeux de l’Archange. Dans la lueur presque sombre d’une nuit qui nait, vous vivez. Dans l’éclat grisâtre d’un remous d’eau, vous pensez à aimez. Comme avant pourtant tout est calme, Comme avant pourtant rien ne bouge. Et pourtant…



Poème posté le 03/02/17


 Poète
Poesie Flanante



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.