Accueil
Poésie libre / La poésie assassinée
Poésie libre / La poésie assassinée
Poésie libre / La poésie assassinée

La poésie assassinée
par Shuranga


Je ne dis jamais mes poèmes par cœur, Je me méfie des rires moqueurs. Les réciter en public serait pire, Certains pourraient en rire ou me faire mourir… Pourquoi ne pas écrire des rimes ? S’émouvoir et pleurer, serait-ce un crime ? Il est des gens tristes qui se jettent à l’eau, Je suis de ceux qui préfèrent écrire des mots. Des colporteurs de vers ont fini en prison, Des sans-cœur les ont jugés sans nulle raison. Pour faire taire le tonnerre de mille vacarmes, Plus de cent Neruda sont passés par les armes… La caresse de la plume Ne sert qu’à tracer des vérités qu’on assume. La blessure des balles, C’est bien cela le vrai scandale ! Au paradis des muses, La violence est une intruse. On y entend encore des trouvères Beaucoup plus heureux que sur Terre. 03 août 2020



Poème posté le 03/08/20 par Shuranga



.