Accueil

Ilouelle
par Salus


Fou ! Qui prétend n’y voir que des élus.. (Tout est possible, et l’amour est reclus Au fond du cœur, à côté de la haine, Cousu de fil blanc, et cousu de laine !) … J’ai bien eu peur que tu ne m’aimes plus ! J’ai cru devoir, pour fuir l’indifférence, Partir au loin de toute défiance, Et j’ai pleuré, las ! Et je pleure encor A l’hallali, que nous sonne le cor, De la jeunesse - et bientôt le silence. Toi qui détiens mon cœur et mes secrets, Qui connais tous mes travers indiscrets, Feu, muse, fée, et vin, mon pain, ma mie ! L’absence, ici, c’est mon âme bannie ; L’enfer, le puits, c’est nous deux massacrés ! Amour ! Ta dépendance nous enclenche ; Radeau, nous partageons ta même planche, Equilibrée au plomb d’abysses froids, Et le temps ronge ancre et sursis étroits, Et le futur nous tire par la manche !



Poème posté le 16/02/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.