Accueil
              
         

A l’infini
par Salus


A-t-il fallu que tu blottisses Dans mes bras toute l’âme fée Et que l’enfant en toi rêvée Me présente ses beaux seins lisses, Pour, rejoignant nos deux jeunesses, Créer comme un hybride étrange Où nous serions la part de l’ange Et le démon que tu caresses… Dans la paix de la confiance Et l’inquiétude de nos maux, Nous, d’être infinitésimaux, Ça nous semblait un coup de chance ! Puis nous avons vieilli sans que Ne change en rien l’intensité De ce qui nous avait hanté - L’amour est neuf au ciel exsangue - Mais je sens l’ombre autour de nous, Viens te nicher à mes genoux ; Le temps nous a passé si vite ; Chaque heure enfuie encore hésite ; Notre soir flambe, incandescent Du soleil qui toujours descend…



Poème posté le 17/02/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.