Accueil
              
         

Tourment
par Mistermad


Si tu reçois cette lettre, veuille me pardonner Je sais que tes yeux ne sauront me regarder Non plus me contempler ni m'admirer Contre Ce mur je me suis cogné Je prenais pour rivière ce crachat d'espoir Qui a fini par sécher et laissant apparaître le fond Ce vaste espace, comme un désert de neige noir Dans ce puits d'hiver où tout ce confond Que mon âme aille aux enfers, contre ce coeur Qui ne m'appartient pas, si ce n'est que sortilège D'une noirceur de toute pureté, t'enlever le bonheur Ça ne sera que mon plus beau sacrilège Je ne vais pas te pleurer ni me plaindre Juste que je cherche ton corps, et ce rêve Ce tourment aigre et amer à craindre Je le chéris chaque jour jusqu'à ce que je crève Anraje (Marconi Arthur)



Poème posté le 12/03/17


 Poète
Mistermad



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.