Accueil
Poésie libre / Dernière alarme vitale
Poésie libre / Dernière alarme vitale
Poésie libre / Dernière alarme vitale

Dernière alarme vitale
par Stapula


Symbole de détresse international, Osons, brisant les jougs, loin, partout, le répandre Si l'on vous démolit, le crime point banal. Ainsi, las des voyous m’obligeant à m’épandre, Usé physiquement, moralement itou, Xérès ne m'attirant guère plus que pétou, Pour un transfert de banque, en principe bricole, Où le délai légal est vingt-deux jours ouvrés, Eh oui ! gravez en vous, serment de barbacole, Tous les coups de Jarnac, à se sentir outrés, Entrepris contre moi par la pire racaille, Se targuant d'un bazar de faux dus... qui s’écaille. Sur le gril, le Crédit Mutuel, prime acteur, Affirme, de sa part, professionnalisme, N’excusant l’épilogue, ad patres cataclysme, Survenant bien après seize mois au compteur. Foin d’invalide âgé, pendant plus d'un semestre Requérant infirmiers, quotidiennement, On ne m'épargnera – que ne suis-je bourgmestre ? Ni rappel ni combat, perpétuel tourment, Tous, la Société Générale à l’ouvrage, Idem les EDF, Veolia, rien d'humain, Et le préfet, en tête aide d’argent, – j’enrage ! Rejoint par procureur, juge, cœur sur la main, Ensemble m'invitant à mise sous tutelle. Si, vite, on m’internait, pff ! quelle bagatelle !

Le 15 septembre 2020

Poème posté le 15/09/20 par Stapula


 Poète
Stapula



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.