Accueil
Poésie libre / Aléatoirîle
              
Poésie libre / Aléatoirîle
         
Poésie libre / Aléatoirîle

Aléatoirîle
par Salus


Dans le monde insensé, D'où je reviens, Bien mordre est encensé : Tous sont des chiens ! Et parmi ces contrées L'ours et la hyène N'ont pas non plus d'entrées ; Seule la veine Vraiment méchante a droit De préemption Sur le vivant qui doit Faire attention ! Amis, dans notre espace Où la nature Est ce qu'on n'outrepasse Ni ne rature, Comment se pourrait-il Imaginer Que l'on usât le fil - Qu'on pût miner, L'humble et grande soierie De sang tissée Pour la tapisserie Vive, irisée, Où, multiplicité, L'être paraît ! ...Mais le pays cité Vous effraierait ! Car ici, chez Cybèle, Le beau Vrai règne, Et son rêve rappelle A telle enseigne, Ces temps où le vivant, Là, pullulait, Dont l’hallali du vent Qui se hurlait Dans le vol de l'aronde Semblait si vague Que cette fin du monde... La bonne blague ! Nous, dans l'univers clos, Propre, idéal, L'on ressent les sanglots Dus à ce deal Où l'ivresse - achetée - De toute danse Dans le drame est jetée D'un malheur dense... Mais notre dimension, Cercle fictif, Loin du moderne scion Rébarbatif Repoussant sur toute aire Que Sapiens longe, Frères d'imaginaire Et sœurs du songe, Perdurera pour peu, Toujours - souvent, Quelqu'un qui va, bravant L'ordre et le feu, Pour peu que le génie Mêle, ourle et crée, Par ces vecteurs qu'on nie, Nos chimères de craie.



Poème posté le 25/09/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.