Accueil

Un vent fou
par Claudel


Face à cette dérivante tornade, Les arbrisseaux bourgeonnaient de tourments ; Fuyant l'océan, de grands cormorans S'envolaient loin en folle débandade. De sombres vagues fracassaient leur nid Grugeant le sable rouge des falaises ; Un ciel d’éclairs pareils à des fournaises Illuminait cet océan de pluie. Un vent fort glacial, un coup de mistral, Soufflait un charivari orchestral Détruisant tout sans grande flânerie. En houle soudaine est ma rêverie Dans des tourbillons ravageant mes nuits, M'enfermant dans un cyclone d'ennuis.

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / avril 2017

Poème posté le 25/04/17


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.