Accueil

Douce France
par Fregat


Je suis né aux portes d’un mois d’avril, En un pauvre pays lusitanien. Très tôt, avide de premiers babils Je pépiais, pressant la fraise du sein. Et puis ma famille s’est déplacée, Traversant l’Espagne puis la montagne, Près de l’Adour, je suis venu boucler Mes trois ans, dans une douce campagne. Dans son vert territoire j’ai poussé La grille de l’école sans épreuve Où des maîtres éminents m’ont posé Sur les rails grisants d’une langue neuve. Là, que d’instants merveilleux à apprendre, A gonfler mes poches de mots nouveaux, Dès la sortie bouillant de les répandre Sur le dos des chemins et des ruisseaux ! Je me souviens bien, rentrant de l’école, Jeune blanc-bec flanqué de mes grands frères, Chiquer un sonnet traquant la girolle, Chanter mes leçons aux gués des rivières. Ma douce France… Pénétrant mes veines, Peu à peu en moi tu fis ton chemin, M’offrant tes Héros, tes joies et tes peines, Ton fier Passé devenu mon destin.



Poème posté le 01/05/17


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.