Accueil
              
         

Flamme
par Salus


L’amour avilit et ravale Au rang débilitant des bêtes ! Sous le sourire on voit les crocs, Le Diable à l’affût sous le fard ! C’est le feu noir d’Héliogabale Et l’arcane d’horreurs secrètes ; Une ordalie où le héros Régresse au stade du têtard ! Mais l’amour se meut et mélange, Autonome, en songe les gens, Emmêle mille et mille genres Et toute rage s’apaisant Nous conduira d’où plonge l’ange, Fontaine, aux plaisirs résurgents Des sources fraîches et des jarres Dans les douceurs d’un à présent…



Poème posté le 15/06/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.