Accueil
              
         

Vesperale
par Arden


Bien sûr la journée se termine Et il subsiste un peu de sang Dans le ciel au soir finissant Et ces jours creux que tu rumines Mais fugitif vers l'horizon Encore ce bleu d'aquarelle Nuit finitude et puis encor Cette odeur du passé me vient Comme un rêve dont se souvient Poignardé de désirs le corps Et subsiste encore pourtant Un peu de ce bleu d'aquarelle Comme une faux comme une lance Fendant soudain l'obscurité Fugitif éclair de clarté Un rare oiseau encor s'élance Et l'ombre lentement éteint Ce peu de ce bleu d'aquarelle



Poème posté le 23/06/17


 Poète
Arden



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.