Accueil
Poésie libre / La solitude ouvrière
              
Poésie libre / La solitude ouvrière
         
Poésie libre / La solitude ouvrière

La solitude ouvrière
par Fee de ble


On a roulé la misère D’un lit jusqu’à l’autre Agrippant les bords humains Aux quatre coins du silence Sans que l’on ose dire Les mots qui nous brûlent Sans que l’on puisse faire Un faux pas, au grand jour On époussette les torts Comme de vieux souvenir Séchés d’amertume Sous des bains de copeaux Je me demande, si je suis, Un fantôme sans corps Pour que l’on oublie ainsi De me couvrir d’un drap On a collé à mon front Le poids du quotidien Qui traîne aux mains rêches Des piétons du couloir Je me demande, si demain J’aurai assez de force Pour ouvrir la fenêtre Et que ma vie s’envole Je me demande, si demain Quelqu’un viendra me voir Pour me donner la main Et me parler des anges



Poème posté le 17/12/20 par Fee de ble


 Poète
Fee de ble



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.