Accueil
Poésie libre / Moi-même, enterrée
Poésie libre / Moi-même, enterrée
Poésie libre / Moi-même, enterrée

Moi-même, enterrée
par Pampelune


Cette contrée intestine à jamais veuve d'espace A ces monceaux rocheux contondants, ces strophes disséminées. Nulle aspiration ne les avait astreints. Elle se réfugie et se rebaptise Désespérance. Forme la ronde, Inspire forêt, Tâcheron Du jour à paraître. Ces terrains d'abandon ne sont que surgissements, Stèles au nom de la pierre et sépulcres, sépultures. Tout est démontré. Alors Nadir à s'en déboîter l'épaule, Se tend vers son opposé : il est à un autre tercet. Sa mer farde l'arcade sourcilière et deux orbites géantes Adressent leurs oeillades aux globes oculaires extraits. Sa plaine tuberculeuse tousse une morve malsaine. Un bois d'acacia gestant d'intempéries muettes Bâillonne son beau pays brun des hêtres jeunets Et quelque part on revient avec plusieurs genêts. Le reste ? Quel reste ? Une meule brise les jointures. La moisson beige du Mistral Assène les grêlons. Etranglées aux mûriers, elles se débattent. Le plancher oral se rattache à la rareté de intervalle Et le chat-huant miaule dans la gamme Où jadis jubila cette vigueur abattue... vigueur ? Derme siliceux, l'affluent rouge s'incinère entre ses pertuis désertiques. L'espoir est un abstrait brandon.

Hommage à CLAUDE VIGEE dont l'oeuvre m'inspire énormément. Dans "Mon heure sur la Terre poésies complètes, vers canaan."

Poème posté le 13/10/09


 Poète
Pampelune



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.