Accueil
              
         

Cul de sac
par Salus


Je hais mornement Les dieux faux de l’homme Le Livre vieux ment, Le rêve est en somme Le seul monde vrai Que je sonderai… Le bon ton m’ennuie ; Sous tant de miel gras Le sucre est de suie Aux us scélérats ! (Faites moi l’aumône D’un silence atone.) La société, Ce cloaque immonde (J’ai jadis été Au fait de ce monde), Est telle à ces trous Gluants, noirs et fous ! Ma colonne est nue, Rien n’ouvre à ma nuit, La fièvre, venue, M’enroule en son nid. - Hélas, l’existence Ne vaut pas qu’on pense… Tout n’est qu’un échec, Les cieux font l’impasse, Je pisse un sang sec Et l’espoir, qui passe, Est déjà trop loin ; Plus d’air - plus besoin. .



Poème posté le 09/08/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.