Accueil
Poésie libre / Ces presque riens
Poésie libre / Ces presque riens
Poésie libre / Ces presque riens

Ces presque riens
par Fregat


Il suffit d’un petit instant Pour poser son regard au loin, Sur le trait blanc d’un goéland Que le crépuscule rejoint Ou tout près pour humer la fleur Qui s’épanouit au jardin, Dans l’exquise et simple fraîcheur Du réveil rose du matin. Il suffit d’un petit instant Pour remarquer la transparence Si pure encore du torrent Ou sur l’herbe mouillée la danse De la toute dernière pluie : En accueillant le chant des gouttes, Le ciel ne semble plus si gris A qui l’observe et qui l’écoute. Il suffit d’un petit instant Pour offrir un radieux sourire A ceux qu’on croise en coup de vent, Juste pour ce qu’on en retire Sans rien exiger en retour, De prodiguer autant que prendre, Un mot léger, un trait d’humour, Sur une épaule un geste tendre. Comme ces vers sans importance, Une veillée autour du feu, Ainsi se posent en grand silence Ces instants dans un cœur heureux… Et quand y viennent quelques peines, Mis en lumière et bout à bout, Plus pure encore est leur haleine : Ces presque riens deviennent tout.



Poème posté le 23/01/21 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.