Accueil
              
         

Dizains
par Salus


De l’esprit, d’où valse le songe, S’échappe un trait que l’ange longe ; L’espoir, la spore, étrange oronge, Remonte alors dans le ciel bas Tandis qu’au sol de lents boas Grouillent aux tristesses des fanges Qu’épongent les draps et les langes  D’anciens tissus, temps, que tu franges En de moroses célibats Qui t’enserrent comme des bras ! Tout ce passé vif d’amours fraîches Laissé, dans des terres en friches, C'est - ô temps - tout ce que tu prêches ! Et si je triche, maintenant, Que je joue au crieur dément Des mots sonnant la simple croche, Le suraigu froid de la roche, Et que mon chef ainsi se hoche, C’est pour, malgré que tout me ment, Aboutir à quelque tenant. La chose à soi, c’est seul le rêve Ce sèvres qui sourd quand s’embrève Une île née avec quelque Eve Absente (on serait toujours seul ?) … C’est notre trésor usuel ! Que de ronces en cette sylve, Dans ce concert, hélas, en live ! (Et que vaut notre esprit, s’il bée ?) L’Amour est Peul, le sort cruel, A peine à soi, seul est son cul ! - Une vie à faire le singe ! Avec cette unique méninge, Rétrécie, au vrai qui l’astringe ! … Et tous enfin de se chercher, Buvant, avides, l’air trop cher ! (Tout ça c’est punk, voire un peu grunge, C’est comique ! – et con comme un « je » ; Mais avec ce qu’on peut l’on lunche !) Ces vers - qui sont à revercher - Valent-ils un livre de chair ?



Poème posté le 27/10/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.