Accueil
              
         

La sortie
par Salus


Petite vie amère, et mélancolique, Ce soir quittée avec un bol de colchique L’existence est si morne, et l’amour si vain, Aucun oiseau ne chante au fouillis sylvain Tout est fini dedans, dehors, rien ne brille ; La mort sourit, la mort, c’est une broutille A point d’heure, ô bouillon, fin, fou, doux nectar ; Rien n’est faux, rien n’est vain, tout est avatar Le gouffre est bienfaisant qui sous les pieds s’ouvre ; En s’affaissant l’espoir renonce qu’il souffre L’émotion s’est tarie au tartare plat, Creusé loin dans un cœur fêlé ; corrélat : Le chemin de Damas était blanc et vide, L’on n’y vit jamais le moindre esprit sylphide … Et le temps était blême, et l’azur gris-bleu Pesait gras, lourd et Bas, sur ce triste alleu Tout espoir aboli, toute aurore terne, L’amour creux sonnant comme hydre de citerne, Fade, enfin, tout est faux, survivre est abscons En ce monde où l’on naît, l’on est des seconds Petite vie amère, et mélancolique ; Dans l’eau du soir : du gui, ciguë et colchique



Poème posté le 08/11/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.