Accueil FORUM Inscription/connexion
Thème du mois / Tous les thèmes / DECES / La nuit est noire.

Thème du mois / Tous les thèmes / DECES / La nuit est noire.

Thème du mois / Tous les thèmes / DECES / La nuit est noire.

La nuit est noire.
par Rousselot


La nuit est noire. Surgis une nappe de brouillard. Le choc est violent sous les phares. L’automobile se comporte en arlequin, Et chute dans le ravin. La voiture est déchiquetée. Le sanglier jamais retrouvé. Le grand chêne est juste éraflé, Il se remettra de notre rencontre inopinée. Les bleus gyrophares Perturbent mes sens. En coma je tombe inconscient. Et pourtant j’entends des notes de guitare. Le cœur fonctionne, les poumons sont aidés Par une machine au son régulier. Pour le reste, il n’y a rien à en tirer. Le cerveau divague-en de funestes rêves singuliers. Le temps passe, maintenant je vois et j’entends. Je découvre les proches qui se pressent Auprès du moribond qui empeste. Je m’amuse de leurs propos et de leurs gestes. Et je ne sais pourquoi ? « Ses heures sont comptées disent les médecins ! » « Partir pour lui serait très bien » « Oh fait ! On n’a pas retrouvé le sanglier… » « C’est grand dommage que la voiture soit bousillée…. « Il doit mille fois souffrir, ce serait un soulagement » « Oui ! Partir, pour lui et pour les siens » « Mais diable qu’elle est cette mauvaise odeur ! » « Il a fait sur lui, le pauvre, qu’elle puanteur !» Sourires hypocrites et rires étouffés d’une fratrie détestable. Là au moins je suis fier de détendre l’atmosphère par grand soulage. Maintenant j’en conviens le flux des visites va, sans faute, se tarir. Et j’en suis satisfait car je préfère rester, seul, pour mourir. Mais en fait, ai-je envie de mourir ?… Mazette que non ! Ai-je goût à souffrir ?...Mazette que non ! Qui sont ces cons qui parlent en mon nom ! Qui sont ces imbéciles aux approches convenues et bidons ! Et ces pleureuses professionnelles…. Ne sont que maudites grenouilles de bénitier devant l’éternel J’enrage des adages ! De l’esprit de ces vieilles verrues Même sur mon lit de mort, j’encule les idées reçues. Je sais depuis ma naissance ce qu’est ma destinée. Dieu n’est que concept qui s’efface devant l’obscurité. Une autre machine à côté de moi émet un bip régulier. Bip…Bip…Bip…Bip…Bip..Bip…Bip…Bip..Bip...Bip..Bip… Puis………… Bip…………………………………………………………………………….. Elle n’a plus rien à raconter. La nuit est noire Longtemps elle restera noire….



Poème posté le 18/11/17


 Poète
Rousselot



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.