Accueil
Poésie libre / A contre-courant
              
Poésie libre / A contre-courant
         
Poésie libre / A contre-courant

A contre-courant
par Banniange


Iconoclasme cathartique, à contre-courant De ce charme indiscret de la très petite bourgeoisie... Tubulaire désinfecté Pour ouailles euphoriques En shopping décomplexé Dans un Eden électrique, Idéal pour la santé mentale Des publivores écervelés, Tout se trouve à portée Des atèles civilisés, Il suffit d’empoigner Les cellophanes constipés Et dilater ses narines extasiées, Haies foisonnantes, Annonce chatoyante, En chicanes préméditées, Toute une gamme de couleur disposée Par des fauvistes travestis, Des noms exotiques importés Pour pentecôtistes hilares Et suppôts de tupperware, Leurs prières sont exaucées Dans ces galeries, chef-d’oeuvre d’Ionie, Etals enflés de hiérophanies, Supermarchés des identités, Camps concentré de l’obésité, Tout est sacré, tout est doré, Cour des miracles consommés. Pour prévoir l’avenir sans heurt Plus besoin de ces piètres augures, Le congélateur est notre futur… « Que choisir » interroge le libre penseur Des supérettes aux offres inouïes: Des gigots rougis d'agneaux abolis Pour stimuler son agressivité, Du faux caviar de mers acidulées Où se noient des pêcheurs ruinés, Du champagne où pétille l’idiotie infatuée, Des oeufs de fermière aux seins laiteux, Du tofu à mastiquer à deux En psalmodiant quelques mantras modernisés: « Dévorer l’ennui, avaler l’oubli, C’est mieux que de mourir affamé, Grand aventurier des échoppes, Mes féériques zootropes, J’entasse, je trie, j'amasse ma vie Dans un corbillard à roulettes, Le long de ce dédale de produits, Suis-je un Minotaure à claquette Ou un Thésée qui encule des mouches? A l'écoute d'épatants manouches, Chaque denrée capturée, c’est un exploit accompli, Toutes ces Ariane inventoriées me font gamberger, Je pourrais passer mes nuits dans ce musée amnésique, Compter mes trophées comme un prédateur boulimique, Toutes ces Ariane conservées, mes émois asexués, Dans ces galeries, chef-d’oeuvre d’Ionie, Etals enflés de hiérophanies, Supermarché des identités, Camps concentré de l’obésité, Tout est sacré, tout est doré, Cour des miracles consommés ».



Poème posté le 01/04/21 par Banniange


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.