Accueil

Antique
par Salus


A Ephèse où l’on baise Le grand pied d’Artémis A Ephèse où l’on baise Sous les blancs tamaris Aérienne et carmine Comme guêpe aux agapes La vestale achemine Ses rondeurs et ses grappes Et décline le jour L’ombre sur le sol dur En s’allongeant toujours Semble des cités d’Ur L’étrange idée ancienne Capiteuse et propice Vierge Magdalénienne ! Innocence du vice… Sous le soleil mourant Où l’humanité germe Sous le soleil mourant S’endort la mer Egée…



Poème posté le 10/01/18


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.