Accueil
              
         

Dame de pique
par Salus


Toi, fleur qui pactises Avec la caresse Des amours admises Au temps des cerises (Un crime de lèse- Majesté ; jeunesse…) Dans ton œil de fille, Cet air de pucelle… L’or de la pupille Verticale où brille Le sphinx infidèle Qui te fait cruelle. - Je serai ton roi ! Même te cabrant, Tu seras à moi ! C’est de bon aloi, Ce que ton cas prend D’écrou ! Plus ce grand Vent de liberté ! Tu feras ton nid (Comme ma fierté) Sans l’arc - déserté - De l’amour permis De l’amour promis… Or, ton cœur s’échappe De la tendre griffe, Ce malgré la chape Des soins d’Esculape Que je te délivre, Oiselle, ma grive, Fugitive et tendre, Gaie, un peu rouée, (Je pourrais te pendre !) Avide de tendre A toute trouée L’aile dénouée D’un cil sensuel, Ce rire frondeur, Et consensuel, Et presque duel, D'où filtre une odeur Piquante de fleur… Reine de carreau, Fille de papier Qui t’offres - cadeau - Tirée au cordeau Du lien, pour prier Qu’on pût te piller, Sois- moi donc cette Eve Que j’attends, là, hâve ! Tu sauras, du rêve, Ce que nous réserve De torve - et de bave Cette fausse enclave ! Mais, folle de trèfle, Presque inaccessible, Furtive, et très « elfe » C’est d’un fruit de nèfle, Seule offre crédible Payable à la Bible Dont on te cadra, Délicieuse enfant, - Abracadabra - Le dard du cobra Contre un peu de vent D’un amour - Rêvant-



Poème posté le 16/01/18


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.