Accueil
Poésie libre / Le compositeur et l’oiseau
              
Poésie libre / Le compositeur et l’oiseau
         
Poésie libre / Le compositeur et l’oiseau

Le compositeur et l’oiseau
par Claudel


Songeur, il marchait dans un boisé pastoral, L’esprit envoûté à la grande symphonie. Dans ses tympans régnaient une cacophonie, Un bourdonnement trouble à miner le moral. Un rossignol des champs apparu devant lui Chantant du Mozart telle une flûte enchantée. « Je reconnais cet air, une gigue futée ; C’est du Wolfgang tout cru raillé par un cui-cui. » Bonjour ! Monsieur Ludvig, dit le charmant oiseau. Quel beau temps vous emmène en ce bois des Ardennes ? N’êtes-vous pas en fugue à fuir quelques rengaines ? Chantez-moi quelque chose en do et en rondeau. « Fichez-moi la paix ! dit Beethoven contrarié ; Vous êtes un oiseau de malheur sans cervelle, Votre chant est bruyant, nul, une bagatelle. Laissez-moi tranquille, rossignolet perché. » « Sachez que : La musique est une chose très redoutable. » Ah, je ne comprends pas, dit humblement l’oiseau. « Que fait-elle, croyez-vous, jeune et bel oiseau ? » Elle élève l’âme, nous rend moins misérables. « Absurde ! Quand vous entendez la fanfare, Est-ce que votre âme s’élève ? Non ! Vous entendez une valse, vous dansez. Vous entendez un requiem, vous méditez. Vous entendez une symphonie, vous rêvez. La musique a ce pouvoir de nous transporter Dans l’état d’esprit du compositeur. L’auditeur n’a pas le choix. C’est comme de l’hypnotisme. » Sur ce ; Ludwig quitta les lieux, Entra chez lui, mit une oreille sur son piano Et d’une main improvisa une triste mélodie. De sa fenêtre ouverte, on voyait un clair de lune ; Un moqueur-chat s’y percha imitant Les grognements du compositeur. Beethoven ne l’entendit pas.




Tous droits réservés © Claude Lachapelle / juin 2021


Poème posté le 04/06/21 par Claudel


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.