Accueil

So far, ni ente
par Maldoror


De fard se pare le phare du néant Au son des faisceaux tricolores Qui du long des veines goudronnées Défilent oisivement en haillons Une cigarette expire son dernier Souffle sur le bord d'une fenêtre Entrouverte tandis qu'un air de Requiem embaume encore la pièce Banale chambre d'hôtel Où les mesures Dépecées exécutent un Da Capo ad nauseam Pyramide de dix octaves surplombant Les abysses monochromes Où le blanc boléro d'un boa englobe Le pas de mille ombres asexuées Sur le bitume Un dernier soupir Une cadence inattendue Une ronde vermeille Les ailes amputées D'un Icare farnienté Dont le crâne fendu Rappelle l'existence d'un vieux mégot



Poème posté le 27/02/18


 Poète
Maldoror



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.