Accueil

Démence
par Claudel


Un loup aux aisselles fétides de suage Hurlait à la seconde en un brouillard ténu ; Une demoiselle marchait dans son alpage. Sa beauté rose et blonde habillait son corps nu Et ses beaux yeux jaunes maquillaient son visage D’ange aux bajoues rondes et au nez biscornu. Ses cheveux torrentiels comme des nœuds d’ancrage Se mêlaient à la ronde au zéphyr inconnu Où l’ombre démentielle abîmait son jeune âge. Que fais-tu dans ce monde aux boisés saugrenus Où le Démon du ciel brûle les pâturages Et le Malin guette les jeunes malvenus ? Le regard cruel de ce loup-garou volage Devenu immonde par son esprit cornu Assombrit l’arc-en-ciel de ce beau voisinage. Fut-il une fronde dans ce lieu méconnu. Où l’ombre mortelle devenue un adage En fut profonde pour ce chaperon venu ?

<br />
<br />
<br />
<br />
Tous droits réservés © Claude Lachapelle / avril 2018


Poème posté le 05/04/18


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.